La Compagnie par Terre


Danseuse spécialisée en break* et familière du monde des battles*, Anne Nguyen fonde la Compagnie par Terre en 2005. La pensée scientifique, ainsi que sa pratique de différents arts martiaux, l’inspirent pour concevoir des univers chorégraphiques qui subliment la danse hip-hop et son essence. Précision du geste, contraintes géométriques, contrastes d’énergie et de densité, jeux d’imbrications de corps et mécanismes dansés, occupations de l’espace inattendues, elle combine une danse hip-hop brute et virtuose à une écriture chorégraphique graphique, déstructurée et épurée. Ses chorégraphies, d’une architecture complexe et précise, mettent en œuvre des systèmes de contraintes permettant aux danseurs de mettre en avant la force de leurs personnalités et de leurs styles très marqués, tout en laissant la place au hasard, à l’improvisation et à la prise de risque. Déclinaisons géométriques en lien avec l’architecture dans Racine Carrée, flux ininterrompu de particules dansées en perpétuelle transformation dans PROMENADE OBLIGATOIRE, partition robotique de danses de couples revisitées dans bal.exe, jeux de territoire dans Autarcie (….), déclinaison du break sous forme de combats dans Kata, ses créations reflètent les formes et les énergies qui entourent l’être humain dans le monde contemporain. Elles allient poésie et mathématiques, sensualité et explosivité. Elles explorent les liens entre musique et danse, à travers des créations musicales originales et une réflexion sur le rapport du danseur à la musique et au temps. A travers ses créations chorégraphiques, Anne Nguyen questionne la valeur donnée à l’observateur et le lien entre les individus. Elle aime créer de nouveaux rapports entre le public et la danse, ce qu’elle met en œuvre à travers des projets hybrides comme Danse des guerriers de la ville, un parcours d’installations participatives et immersives croisant la danse hip-hop avec l’univers de la vidéo et de la réalité virtuelle, ou encore avec Graphic Cyphers, un concept chorégraphique immersif pour l’espace public. Anne Nguyen est lauréate du Prix Nouveau Talent Chorégraphie SACD 2013, et a été nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2015. Elle est artiste associée au Théâtre National de la Danse de Chaillot jusqu’en 2018.


  • po3_slideshow

  • po4_slideshow

  • aut3_slideshow

  • aut4_slideshow

  • yw3_slideshow

  • yw5_slideshow

  • rc2_slideshow

  • PROMENADE OBLIGATOIRE, création 2012. © Pierre Borasci
  • PROMENADE OBLIGATOIRE, création 2012. © Pierre Borasci
  • Autarcie (....), création 2013. © Jean Van Lingen
  • Autarcie (....), création 2013. © Philippe Gramard
  • Yonder Woman, création 2010. © Philippe Gramard
  • Yonder Woman, création 2010. © Philippe Gramard
  • Racine Carrée, création 2007. © Philippe Gramard


Répertoire et créations

Anne Nguyen travaille actuellement avec une trentaine de danseurs hip-hop de spécialités différentes (break, popping et waacking) sur ses différentes créations en tournée, et est elle-même interprète dans Racine Carrée et Yonder Woman. La première création d’Anne Nguyen, son solo Racine Carrée (2007), relie la géométrie des mouvements de break à l’environnement urbain contemporain. La chorégraphe y associe des compositions mathématiques dansées à ses propres poèmes. Ce solo a reçu le second prix du concours de chorégraphie contemporaine Masdanza en 2009. Anne Nguyen a également chorégraphié Keep it Funky ! (2007), un spectacle festif pour six lockeurs*, puis L’Esprit Souterrain (2008), spectacle pour cinq danseurs et une comédienne sur les thèmes du contact et du rêve. Dans Yonder Woman (2010), expérience pour deux femmes super-héros, deux breakeuses s’inventent un parcours parsemé d'épreuves et d'objectifs afin de démontrer leur héroïsme au public. Le spectacle PROMENADE OBLIGATOIRE (2012) est une traversée ininterrompue du plateau pour huit danseurs spécialistes du popping, qui, telle une frise chronologique vivante, porte une réflexion sur les différents états possibles d’"être ensemble". Le quatuor Autarcie (....), créé en 2013, est un jeu de stratégie pour quatre danseuses en quête de territoire, de pouvoir et de possibles points d'harmonie. Dans bal.exe, ccréé en 2014, huit danseurs spécialistes du popping et cinq musiciens classiques se rencontrent dans un "bal mécanique sur musique de chambre" conçu comme un programme informatique de danse de couple qui, exécuté par des robots mal réglés, se détraque de manière complètement inattendue. Dans le duo Lettres à Zerty, créé en 2015, les évolutions fluides délibérément fragmentées de deux breakeurs incitent le spectateur à ré-imaginer les principes de la narration. Dans son concept chorégraphique immersif pour l’espace public Graphic Cyphers, créé pour vingt danseurs à New-York en 2016, Anne Nguyen propose au spectateur de réinventer son propre rôle. Avec le parcours d’installations interactives Danse des guerriers de la ville (2016), elle croise les univers de la vidéo et la danse pour créer des expériences participatives permettant au spectateur de s’identifier au danseur. Dans la continuité de cette exploration, elle développe actuellement une série de films à 360°. En octobre 2017, Anne Nguyen créera Kata, un spectacle pour huit breakeurs mettant en forme l’énergie guerrière du break, dont la gestuelle sera décomposée en des suites de mouvements linéaires et donnera naissance à de véritables scènes de combat. En 2018, elle chorégraphiera une pièce pour des danseurs new-yorkais.

Encline aux partenariats et aux croisements d’univers artistiques, Anne Nguyen a créé en 2014 la pièce i au sein du triptyque pour six danseurs et trois chorégraphes La preuve par l'autre produit par la compagnie Malka. Elle a également collaboré en tant que conseillère chorégraphique avec le chorégraphe australien Nick Power à Sydney pour sa création 2014 Cypher.


Extrait de la note d'intention de la chorégraphe

« Pour un danseur hip-hop, danser a quelque chose d'un rituel. La Compagnie par Terre tient son nom de ce rapport presque sacré à la terre mère, où la Terre tient le rôle d'une déité : "par Toutatis !" devient "par Terre". Le nom "par Terre" reflète également un attachement très scientifique aux lois de la Nature, partant du principe que les lois physiques régissant le mouvement du corps humain sont spécifiques à la planète Terre et à notre environnement. Pour moi, danser consiste à mettre son corps en résonance avec les lois de la nature pour se rapprocher de la beauté de notre terre mère. Chorégraphier consiste à sentir la justesse des mouvements des corps et à les inscrire dans un contexte de temps et d'espace. Aujourd'hui, nous sommes entourés de dur, de carré, de grand. Face à un décor qui se fige, face à la mécanisation et à la sédentarisation, comment le corps réagit-il ? A travers la danse hip-hop, le corps contemporain s'efforce de s'approprier les contraintes de son environnement urbain pour mieux s'en libérer. A travers les chaussures, à travers le béton, tout en intégrant les angles droits en T dont la Terre est revêtue, la danse hip-hop est une danse du présent, un mouvement spontané de résistance du vivant. Les danseurs hip-hop sont des guerriers de la ville. La danse hip-hop apporte un nouveau souffle au sens de la danse et à sa forme. »

Lire la suite Anne Nguyen



Lire la presse

Pour en savoir plus : Textes d'Anne Nguyen



« C’est une sorte de b-boying à la sauce Anne Teresa De Keersmaeker. Ou disons de break croisé aux concepts de William Forsythe. Aujourd’hui, la chorégraphe Anne Nguyen est habituée à ce genre de commentaires quand on évoque son travail. Elle comprend les rapprochements, elle qui s’attache à déconstruire le vocabulaire hip-hop pour le recomposer, façon puzzle, dans des pièces de plus en plus saluées. »
Libération – Eve Beauvallet (5 mai 2015)

« Depuis 2007, la ligne artistique d’Anne Nguyen, discrète mais impérieuse, taille net et droit sans dévier de ses désirs, encore moins des fondamentaux de sa discipline. De formation scientifique, elle a mis l'écriture hip-hop dans la moulinette mathématique pour en tirer des équations spectaculaires toujours sobrement surprenantes. Amour des contraintes et passion de les sublimer, c'est tout Nguyen. »
Le Monde Magazine – Rosita Boisseau (13 avril 2012)

« Voici un moment que l’on sentait chez Anne Nguyen une captivante singularité. Ne cherchons plus, c’est dans PROMENADE OBLIGATOIRE qu’elle prend enfin tout son sens, dans un spectacle où le geste hip-hop devient pour la première fois envoûtant. »
La Terrasse – Nathalie Yokel (Septembre 2012)