À mon bel amour

Création le 10 octobre 2019 au Théâtre Anne de Bretagne (Scènes du Golfe) à Vannes



A_mon_bel_amour

À mon bel amour interroge le regard du spectateur sur la beauté. Dans ce défilé de corps, les gestuelles, les intentions, mais aussi les origines et les genres reflètent différentes visions culturelles de la beauté, différentes perceptions du moi. Noirs et blancs, hommes et femmes, les huit interprètes virtuoses incarnent huit “élus” qui s’apprêtent à entrer dans l’arche de Noé, un récit qui m’a toujours fascinée. Rassemblés autour de l’envie de se montrer beaux et d’affirmer leur identité, ils jouent des attitudes et de la symbolique de leurs danses pour questionner les limites de notre regard et exalter l’idée de la beauté. De la danse classique au voguing en passant par le krump, le popping, la danse contemporaine ou le waacking, les cultures de danse qu’ils incarnent font référence au défilé de mode, à la représentation photographique et cinématographique, et à l’apparat social. Dans À mon bel amour, tout est symbole : le geste dansé et la posture mais aussi l’apparence et le vêtement. Oser se montrer, oser séduire, oser s’affirmer, oser dominer, oser dédaigner, oser aimer. Se transcender pour exister. Tels des animaux en pleine parade, les danseurs s’avancent vers nous inlassablement, afin de nous prouver à nous, spectateurs, qu’il était légitime que ce soit eux qui aient été choisis. Parce qu’ils représentent, à eux seuls, une diversité et une conscience de la beauté. Et que dans un monde où l’on peine à s’accorder sur des valeurs, la beauté est peut-être le dernier critère de sélection sur lequel nous pouvons former un consensus. À mon bel amour pourrait être le nom d’un parfum, d’un subtil accord de fragrances. Le parfum ultime de la fin d’une civilisation.



Distribution

Chorégraphie : Anne Nguyen
Danseurs : Sonia Bel Hadj Brahim (waacking, popping), Arnaud Duprat (popping), Stéphane Gérard (voguing), Pascal Luce (popping, locking, waacking), Andréa Moufounda (danse contemporaine), Sibille Planques (danse contemporaine), Emilie Ouedraogo (krump), Tom Resseguier (danse classique)
Musique : en cours
Costumes : en cours
Création lumière : Ydir Acef


La Compagnie par Terre est actuellement à la recherche de coproducteurs pour ce projet, ainsi que de préachats.
Dossier du spectacle disponible sur demande.


Partenaires

Coproductions (montage de production en cours) : La Villette ; Espace 1789, scène conventionnée danse.
Avec le soutien de : : Théâtre 71, Scène nationale de Malakoff ; agnès b. ; La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne ; Centre des arts – Scène conventionnée pour les écritures numériques d’Enghien-les-Bains ; Chaillot – Théâtre national de la danse ; Centre de la danse Pierre Doussaint aux Mureaux ; Scènes du Golfe, Théâtres Arradon – Vannes, Scène conventionnée ; Théâtre de Choisy-le-Roi, Scène conventionnée pour la diversité linguistique ; Les Laboratoires d’Aubervilliers ; CND Centre national de la Danse – mise à disposition de studio ; La Maison des Arts de Créteil et du Val-de-Marne, Scène nationale ; Théâtre Louis Aragon – Scène conventionnée d’intérêt national Art et création danse de Tremblay-en-France ; Théâtre de Rungis.

La Compagnie par Terre reçoit l’aide pluriannuelle du Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Ile-de-France en qualité de “Compagnie à Rayonnement National et International”, l’aide de la Région Ile-de-France au titre de la “Permanence Artistique et Culturelle”, ainsi que l’aide au fonctionnement du Département du Val-de-Marne.
Lauréate du Prix Nouveau Talent Chorégraphie SACD 2013, Anne Nguyen a été nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2015. Elle a été artiste associée à Chaillot – Théâtre national de la Danse de 2015 à 2018.