Matière(s) première(s)

Création mars 2023 – Durée : 60 min – Tout public




© Cédric Azerot

La danse afro, une danse en pleine effervescence issue du continent africain, fait aujourd’hui vibrer la jeunesse du monde entier. Sensuelle, frénétique, ancrée dans des racines multiculturelles à la fois traditionnelles et urbaines, elle nous ramène au langage primordial du corps. Matière(s) première(s) propose un voyage initiatique dans l’univers des musiques afro, soul et rap, où les corps de six danseurs afro révèlent la beauté intemporelle et la brutalité fondamentale du monde.

De la rage impuissante aux prières pour les ancêtres, de la reconstruction d’identités bafouées à la nécessité viscérale de danser pour ne pas se soumettre, six corps aux parcours et aux problématiques convergentes se rassemblent pour exorciser leurs démons. Une sorte de rituel scénarisé qui dévoile la réalité d’un continent où la vie et la mort se côtoient et où sexe, danse, musique, violence, profit et politique sont intimement liés. Les mouvements des danseurs font explicitement référence à la colonisation, à l’esclavage, aux mécanismes de domination culturelle et mentale, à la violence militaire et au pillage des ressources. Par la simplicité de la danse, par la présence des corps et par les symboles des gestes, la chorégraphie nous amène à questionner les rapports de force sur lesquels reposent les relations entre l’Afrique et l’Occident.

Genèse

« J’ai rencontré la République Démocratique du Congo en travaillant avec le chorégraphe Faustin Linyekula en 2003, pour son spectacle Telle une ombre gravée dans la poussière, dans lequel j’ai été interprète. En 2004 puis en 2008, Faustin m’a invitée à Kinshasa pour former de jeunes danseurs urbains et présenter mon travail. Aux Studios Kabako, qu’il a fondés à Kisangani par la suite, Faustin a accompagné de nombreux jeunes talents, dont le chorégraphe Yves Mwamba, que j’ai par la suite accompagné en tant que regard extérieur sur sa première pièce Voix Intérieures – Manifeste en 2020, et avec qui j’ai créé le solo autobiographique Hip-Hop Nakupenda en 2021. Marraine de l’association Fondament’All dirigée par Didier Boko, je participe à des actions solidaires dans les domaines de la culture et de l’éducation, dans les quartiers populaires de Champigny-sur-Marne ainsi que dans le village de Kamaté au Bénin, où l’association mène plusieurs projets destinés à transmettre les valeurs des cultures traditionnelles et à accroître l’autonomie locale.

Ces différentes expériences m’ont permis de mûrir une réflexion sur l’imaginaire collectif occidental, son lien avec les cultures traditionnelles et la manière dont les artistes en sont tributaires, en Occident comme en Afrique. Matière(s) première(s) propose de questionner cet imaginaire, de remettre en question certains mécanismes de domination culturels, et de rendre visible au plus grand nombre la culture et la danse afro, dans le respect de l’identité et de l’intégrité de chacun. » (Anne Nguyen)

Distribution

Chorégraphie : Anne Nguyen
Interprètes : 6 danseurs
Conseil artistique : Didier Boko

Partenaires

La Compagnie par Terre est actuellement à la recherche de partenaires pour ce projet.

Coproductions : La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne ; Théâtre Molière -> Sète scène nationale archipel de Thau ; SCENE CONVENTIONNEE DANSE DE LIMOGES │ Centre culturel Jean Moulin ; L’Auditorium Seynod ; Théâtre de Chevilly-Larue ; Centre de la danse de la Communauté Urbaine Grand Paris Seine & Oise.
Soutiens : Centre culturel Aragon Triolet d’Orly ; Chaillot – Théâtre national de la Danse ; Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée d’intérêt national Art et création – Danse de Tremblay-en-France.

La Compagnie par Terre reçoit l’aide pluriannuelle du Ministère de la Culture / DRAC Ile-de-France, l’aide de la Région Ile-de-France au titre de la “Permanence Artistique et Culturelle”, ainsi que l’aide au fonctionnement du Département du Val-de-Marne.
En 2022/2023 la Compagnie par Terre est associée au Théâtre Molière -> Sète scène nationale archipel de Thau (34), à L’Auditorium Seynod (74) et au Centre d’Art et de Culture de Meudon (92) ; est complice de l’Orange Bleue d’Eaubonne (95).